Modèle plâtre salon

Ces expositions ont été la source d`un grand discours public que les œuvres des artistes ont été diversement vénéré et vilified, en produisant simultanément des commentaires écrits extensifs, pour ne rien dire du scandale occasionnel. Bien qu`ils aient amené la célébrité des artistes et la chute dans une mesure quasi égale, les salons étaient au centre des cercles de sculptures parisiens au XIXe siècle. Lorsque les collectionneurs privés étaient particulièrement amoureux des sculptures exposées au salon, ils pouvaient acheter des œuvres à la même échelle et dans le même milieu pour leurs propres collections. Tel était presque certainement le cas avec le lot 133 dans The opulent Eye, ci-dessus-une paire magnifiquement coulé de modèles de bronze de chiens de chasse par Ferdinand pautrot, Épagneul et Sarcelles et chien Braque et lièvre (Spaniel avec un Teal et un pointeur avec un lièvre), de la même description et la taille que celles montrées par le sculpteur au salon de 1863. Les avancées des techniques sculpturales à la fin du XIXe siècle ont permis la création plus rapide de réductions des groupes célébrés présentés au salon dans des matériaux autres que le bronze. Par exemple, lorsque Jean Coulon a montré son marbre à l`échelle de Hébé coelestis dans le salon de 1886 (265 cm de haut), il a été reçu à grande acclamations et récompensé d`une médaille d`argent. Aujourd`hui, il est au Musée des beaux-arts de Nice et, en raison de sa popularité, il a été reproduit en demi-échelle sur une base limitée de sorte qu`il pourrait être plus facilement incorporé dans les intérieurs opulents de l`âge. Le lot 156 dans la vente d`Eye opulent, ci-dessus, qui mesure 104,5 cm — moins de la moitié de la taille du marbre d`origine — est un bel exemple de cette pratique. Vraiment, c`est un peu comme la façon dont tout «hors de nulle part» la réalisation artistique frappante est traitée-les gens ont du mal à croire que ce «personne» pourrait produire une telle pièce d`art étonnante.

En fait, le travail en 1877 a été fait en plâtre parce que, comme je l`ai déjà noté, Rodin n`avait pas beaucoup d`argent pour qu`il ne puisse pas se permettre de lancer son travail en bronze. Il avait donc besoin du salon Français pour autoriser l`utilisation du bronze. Et ils ne l`autoriseraient pas jusqu`à ce qu`ils puissent prouver que le travail était une œuvre d`art légitime et pas seulement un casting d`une personne réelle. Pour les sculpteurs, les salons étaient des plateformes cruciales pour assurer l`acquisition de leurs œuvres par l`État Français ainsi que par des commissions privées importantes. Alors que les peintres qui exposaient dans les salons collaboraient souvent avec des assistants et des ateliers, les sculpteurs étaient obligés de le faire en raison de l`immense effort physique et des complexités techniques inhérentes à la création de leurs œuvres à grande échelle. En effet, la sculpture de grands blocs de marbre et la coulée de groupes de bronze dans les fonderies étaient à la fois laborieuses et coûteuses, et le salon était souvent la manière dont ces opérations complexes étaient liées au patronage qu`elles exigeaient. Les propriétaires de salon peuvent décorer les espaces, dont beaucoup ont des briques exposées, à leur goût. Winnie Hawkins fait ses cheveux à son salon, CarmeBella salon à l`intérieur de Sola salon Studios, le mercredi 2 novembre 2016. Posséder son salon à Sola permet à Hawkins de décider ses propres heures et plus de libertés qu`elle n`avait pas en louant une chaise dans un grand salon.

(Photo11: Angeli Wright/awright@citizen-times.com) Anna Diggs, propriétaire de Hue Color Lounge, lave les cheveux de Jeff Gibson comme elle lui donne une coupe dans son espace à l`intérieur de Sola salon Studios sur College Street le mercredi, novembre 3, 2016. Le plancher du bâtiment que Sola reprend est en fait la maison de 20 salons individuellement possédés. (Photo11: Angeli Wright/awright@citizen-times.com) Grâce aux avancées technologiques de la production sculpturale, les salons ont assuré l`impact durable des chefs-d`œuvre de l`époque jusqu`à nos jours. Pour elle, l`endroit idéal pour un salon a été niché à l`intérieur Sola salon Studios sur College Street. Situé sur le deuxième étage rénové d`un bâtiment en briques rouges des années 1920, Sola est en fait le foyer de 25 espaces de salon individuels.